CHALON-LYON : 132 KM À L’AVIRON !

Trente rameurs du CAL et de l’ACLC ont entrepris la descente de la Saône depuis Chalon sur Saône (PK 143) jusqu’à Caluire (PK 9) soit 132 km de rame sur 2 jours. Première étape : Chalon-Macon soit 60 km parcourus par un vent du nord assez fort le matin puis par une forte chaleur l’après-midi, une étape marquée par un éclusage nécessitant le port de jolis gilets de sauvetage orange !

Après une nuit de repos bien méritée à Macon, les 5 yolettes ont repris leur chemin vers le sud par un temps superbe : 40 km jusqu’à Villefranche puis encore 32 km pour rejoindre notre cher bassin de la Caille. Au final, quelques ampoules aux mains,des courbatures et crampes (n’est ce pas Maurice ?), des coups de soleil mais surtout d’excellent souvenirs pour tous les rameurs !

VOGALONGA 2012

Plus de 50 rameurs du Cercle, loisirs, vétérans et même jeunes compétiteurs, avaient fait le voyage jusqu’à Venise pour participer à la célèbre Vogalonga, randonnée à la rame sur la lagune et les canaux de Venise qui se tient chaque année le WE de Pentecôte. La manifestation est vraisemblablement la randonnée d’aviron qui au monde regroupe le plus grand nombre de participants. Cette année, un record a été atteint avec 7200 rameurs dans plus de 1800 embarcations à rame de toute nature (Yolettes, gondoles, canoës, yolles, kayaks, dragon-boats…) Lire la suite

Championnats de France et critérium (médailles d’or)

2002 – 2019

  • 2019 : Skiff – BOUCHERON
  • 2018 : Huit sprint – MATHIAS, REPPELIN, NOUGAREDE, BARATIN, BOUCHERON, MARTIN, ANDRE, GUERINOT Bar. WAGNER
  • 2018 : quatre sans barreur junior féminin – DE SAINT GERMAIN, BOISTARD, RIVE, KOLB
  • 2018 : quatre sans barreur cadet – DONOT, BERTHET, BALDACCHINO, SEIDA
  • 2018 : Huit  – CORMERAIS, NOUGAREDE, BOUCHERON, BARATIN, CHABANET, ANTOGNELLI, REPPELIN, MATHIAS, Bar. WAGNER
  • 2017 : Huit sprint – MATHIAS, REPPELIN, NOUGAREDE, BARATIN, BOUCHERON, MARTIN, ANDRE, CHABANET, Bar. WAGNER
  • 2017 : quatre de couple cadet – RAMOS, HUGON-VERLINDE, ANJARRY, PIGNOT
  • 2017 : skiff  – BOUCHERON
  • 2016 : Quatre de couple – MAUNOIR, BOUCHERON, BARATIN, ANTOGNELLI
  • 2016 : Huit senior sprint – THEVENET, MATHIAS, BARATIN, LUMB, ANDRE, MARTIN V., REPPELIN, MARTIN D., bar : MARTIN E.
  • 2015 : Quatre de couple – MAUNOIR, BOUCHERON, BARATIN, ANTOGNELLI
  • 2015 : Huit senior sprint – DAMET, BOUCHERON, BARATIN, MARTIN D., LUMB, MARTIN V., MATHIAS, ANDRE, bar : MARTIN E.
  • 2015 : Quatre de couple mixte sprint – ANTOGNELLI, SCHWEBEL, BAUD, LORY
  • 2015 : 4barré critérium – GOLLNISCH, BRUGEMANN, ROUBY, FLEURY
  • 2014 : Quatre de couple sprint – BOUCHERON, BARATIN, CHATEAU, PEYCLIT
  • 2013 : Quatre sans barreur sprint – GABRIELE, MATHIAS, JACQUIOT, MAUNOIR
  • 2011 : Huit junior – GREFFET, LE GALLIC, SCHMIDT, MAMAN, DOMINGUES – HACCART, BOUCHERON, MAUNOIR, GABRIELE, bar MAZILIER
  • 2010 : Double minime – ALBRECHT, COLLET
  • 2010 : Huit junior – MONTAGNE, GREFFET, LE GALLIC, BOUCHERON, ANDRE, ROUBY, MATHIAS, GABRIELE, bar MAZILIER
  • 2009 : Double Cadet – BOUCHERON, GREFFET
  • 2007 : Quatre barré – JACQUIOT,DE LAGARDE, BROTONS, FOUGEROUSE, bar : CUNNAC
  • 2006 : Deux barré – JACQUIOT, DE LAGARDE, bar : CUNNAC
  • 2005 : Deux barré – JACQUIOT, DE LAGARDE, bar : CUNNAC
  • 2004 : Quatre barré – JACQUIOT, DELAGARDE, GIOVALE D, GIOVALE C, bar : GUIER
  • 2004 : Deux sans barreur sprint – GIOVALE D, GIOVALE C
  • 2002 : Quatre de couple junior – JACQUIOT, BOIDIN, DE LAGARDE, GOOD

1938 – 2000

  • 2000 : Deux sans barreur cadet – JACQUIOT, SEGOT
  • 1999 : Huit cadet – HOUG, HUET, JACQUIOT, MENARD, BERNARD, PERRIER, PIZZIGHINI, SEGOT, bar : FOUQUET
  • 1995 : Double cadet – DRUENNES, ROUX
  • 1990 : Quatre sans barreuse sprint – BUOB, GOLLNISCH, PINCEMAILLE, FLEURY
  • 1985 : Quatre sans barreur poids légers – BAUD Ch, BAUD D, BOLLE, MURAWKA
  • 1975 : Quatre barré cadet – CLOUZEAU, LOPEZ, FRENAY, ANGLEREAUX F, bar : ANGLEREAUX C.
  • 1975 : Huit coupe des Provinces françaises – FAURE, PRABONNAUD, DEMEURE, KLUCZZYNSKI, BERNAND, JAUREGUY, DUBUIS, DELEAGE
  • 1972 : Quatre cadet – BAUD, GARIN, GILET, JOLY
  • 1970 : Huit coupe des Provinces françaises – MELAY, BASSET, KLUCZZYNSKI, GOTH, BERNAND, FAURE, PIGNOT, COTTON
  • 1966 : Quatre coupe Glandaz – MELAY, MION, LONG, GORREL
  • 1965 : Skiff débutant – GOLLNISCH
  • 1965 : Quatre barré junior – BONNOT, LONG, MION, GORREL
  • 1965 : Huit coupe des Provinces françaises – BERAUD, KASMI, GOLLNISCH, DAUDIN, LAZARD, ROUTIN, LONG, PIGNOT
  • 1964 : Skiff débutant – JACQUET
  • 1951 : Quatre barré – DELEAGE, GENESTE, DOREL, COUTY, bar: VIALON
  • 1950 : Quatre barré – DELEAGE, GENESTE, DOREL, COUTY, bar: VIALON
  • 1942 : Quatre yole de mer – GOUTAGNY, PETIT, POLLIEN, DIOCHON
  • 1938 : Quatre coupe Glandaz – REYNAUD, PETIT, LOVY, BORDE

1903 – 1931

  • 1931 : Deux barré – BRUSA, GIRIAT, bar : BRUNET
  • 1927 : Deux barré – BRUSA, GIRIAT, bar : BRUNET
  • 1925 : Skiff débutant – GIRIAT
  • 1923 : Périssoire – MICHEL
  • 1903 : Quatre barré – RAYMOND, VUILLER, BASTONER, REVERCHON

Explications principes physiologiques

L’aviron est dénommé comme un sport particulièrement complet, puisqu’il mobilise près de 70% de la masse musculaire du sportif.

La compétition en aviron est une charge très complexe. Pour parcourir 2000 mètres en un temps le plus court possible, il faut appliquer une force considérable environ 220 à 240 fois à une cadence de 32 à 38 coups par minute.

L’application cyclique de la force suppose une force endurance spécifique, liée à une transformation technique efficace.


L’endurance

L’endurance se définit comme l’aptitude du sujet à résister à la fatigue. Incluse, l’endurance musculaire et l’endurance cardio-vasculaire.

 

L’endurance cardio respiratoire définit l’aptitude de l’organisme à maintenir un exercice dynamique et prolongé. Elle conditionne la capacité aérobie.

La consommation maximale d’oxygène (VO2 max) est considérée par la plupart des physiologistes comme le meilleur indicateur de l’aptitude cardio respiratoire.
En aviron, VO2 max. est un bon indicateur de la performance sportive du sujet, en ce sens que plus ce facteur de la performance du sujet est développé, plus il pourra maintenir une vitesse élevée à son embarcation, longtemps.

 

Un rameur endurant possède une capacité aérobie importante ; retardant ainsi l’apparition de l’acide lactique durant la course et ses conséquences négatives (douleurs et mauvaises contactions musculaire, fatigue).
L’entraînement en endurance est la base de la préparation physique des rameurs.

L’entraînement en endurance est très spécifique à l’activité et s’effectue en bateau, ou bien sur des ergomètres aviron ; l’objectif de ces entraînements étant de développer l’Endurance de Force.


La force

Le rameur à besoin d’un niveau de force élevé pour déplacer à la fois sa propre masse et son embarcation.

Les rameurs ont une importante masse musculaire.
Ceci n’est pas pénalisant pour la performance, puisque le poids de corps est supporté par le bateau.

Une dominante de fibres lentes, au sein de la composition musculaire du rameur, lui confère une meilleure résistance à la fatigue, durant les contractions musculaires répétées.

La Force Endurance se définit comme le paramètre permettant au sportif d’obtenir un rendement physique élevé (force moyenne), au cours d’exercices provoquant la fatigue

La Force endurance se travaille au travers de circuits de musculation, à des charges qui sont fixées (entre 40 et 60% de la charge maximale).
C’est une charge de travail qui se trouve à la transition des filières énergétiques aérobie/anaérobie lactique.

 

 

Les exercices de musculation se rapprochent au mieux du geste technique.
Le geste du rameur n’est pas un mouvement rapide en soit (à cause de la résistance de l’eau et du déplacement du bateau) ; la phase de propulsion dure environ 0,7 à 0,8 secondes.
Ce temps est suffisant pour que les fibres musculaires endurantes génèrent un maximum de force à chaque coup d’aviron.
Les rameurs font partie d’une population (comme les nageurs ou les canoéistes) qui peut générer une Force importante, à des vitesses de contraction peu élevées.

L’entraînement en musculation de type endurance de force va impliquer une hypertrophie de ces mêmes fibres lentes.

Durant la phase de la propulsion (le temps moteur), les cuisses participent très activement au déplacement du bateau ; les quadriceps sont la majeure source de puissance lors du coup d’aviron.
La force et la vitesse de contraction des quadriceps sont très vigoureuses.

La spécificité du geste technique en aviron entraîne également des adaptations au niveau musculaire.
Les rameurs tendent leurs cuisses énergiquement et simultanément durant la phase de propulsion.

Lorsque les rameurs tendent leurs jambes simultanément, ils sont capables de développer une Force supérieure à celle que pourrait être la somme des forces des deux jambes prises séparément.

La Force endurance spécifique se travaille au cours des séances en bateau, au travers de programmes d’entraînements très ciblés (en terme d’intensité et de quantité).

Rappelons que 70% de la performance viennent de la force endurance aérobie.


La souplesse

La souplesse correspond à la capacité de mouvoir les muscles et les articulations selon une amplitude totale.
Quant à l’étirement, il définit le processus d’alllongement des tissus conjonctifs, des muscles et autres tissus.

La recherche scientifique a montré que la souplesse est une caractéristique spécifique, et non générale, d’une articulation et d’un mouvement articulaire en particulier. C’est à dire que l’amplitude de mouvement est propre à chaque articulation du corps.

Par ailleurs, il est recommandé d’étiré chaque groupe musculaire afin d’éviter tout traumatisme.
Lors du mouvement du rameur, les principales articulations sollicitées sont :

  • La cheville.
  • La hanche.
  • Les épaules.
  • Les genoux.
  • Les coudes.

Il est important que les rameurs soient souples sur l’ensemble des ces régions.

Certains traumatismes comme les tendinites (inflammation des tendons dues à une trop forte tension musculaire et vraissemblablement aussi au phénomène de déshydratation) pourraient être évités par le biais des étirements.

Chaque entraînement se termine par une séance d’étirement d’une vingtaine de minute.
Outre leurs aspects de prévention, les étirements maintiennent les muscles en état de souplesse, réduisent les tensions au sein des muscles et des tendons, favorisent la circulation sanguine, mais ils ont surtout comme rôle chez les rameurs contraint par des charges d’entraînement importantes, à accroître le relâchement mental, et favorisent le développement de la conscience corporelle.
Enfin, pour respecter un bon équilibre musculaire du rameur, il est important d’étirer à la fois les muscles agonistes (responsables du mouvement) et antagonistes (les muscles opposés).

Les étirements doivent être les plus complets possibles et toucher l’ensemble des régions du corps.

Championnats d’europe

  • 2018 : Glasgow Deux de couple – Médaille d’or – BOUCHERON
  • 2015 : Poznan Deux de couple – Médaille d’argent – BOUCHERON
  • 1961 : Prague Huit barré – Médaille de bronze – DUMONTOIS
  • 1931 : Paris Deux barré – Médaille d’or – BRUSA, GIRIAT, bar : BRUNET

L’équipe

No Team Member Found